Articles avec le tag ‘dessin’

Métiers liés au dessin d’art

Vous aimez vous exprimer en dessinant :

Cartographe, dessinateur de BD, graphiste, illustrateur, maquettiste, enseignant d’art, artiste peintre ou sculpteur, webdesigner …

Dessin et création d’objets :

Designer, artisan d’art, joaillier, céramiste, ferronier d’art, facteur d’instruments, maroquinier, modiste, orfèvre, restaurateur d’oeuvres d’art, styliste, tailleur et couturier, verrier, vitrailliste …

Graphisme et espace de vie :

Agenceur de cuisine et salle de bain, architecte, architecte d’intérieur, architecte naval, décorateur-scénographe, étalagiste, paysagiste…

 

 Renseignements :

– Services administratifs de votre structure scolaire.

– Au CIO (Centre d’Information et d’Orientation) : www.education.gouv.fr/

A l’ONISEP (Office National d’Information sur les Enseignements et formations) : www.onisep.fr/

 

Château de Versailles / photo N. Le Clerc

Construire le château de Versailles est plus qu'un métier / photo N. Le Clerc

 

Aimes-tu ton dessin d’enfant ? (article enfant n°4)

– Si le jeune enfant aime son dessin, on peut dire probablement que celui-ci est bon, quelles que soient les appréciations de beauté que les adultes peuvent porter. Il a dit ce qu’il voulait dire, son oeuvre est réussie et il ne sollicite aucune approbation. S’il ne lui plait pas, il le jette.

– Les enfants plus grands ont bien sûr leurs goûts du moment, mais ils sollicitent l’opinion des autres et ont besoin d’être rassurés. Ils ont plus de pudeur et de timidité. Ils sont de plus en plus influencés par leus camarades qui aiment les dessins habiles et réalistes.

– Il y a parfois dans la même personne l’ancien petit qui garde ses idées et le sens des formes dans la spontanéité, et il y a le grand qui se critique lui-même et admire les copies réalistes de ses voisins.

On peut tenter de montrer des peintures ou sculptures d’art premier pour valoriser la liberté et la spontanéité, mais c’est parfois peine perdue.

La gravure simple ou un changement de technique permet parfois de libérer une crise d’indécision.

– Autour de 12 ans, certains grands enfants ont une opinion. Ils aiment ou pas et on peut en discuter. D’autres disent ne pas savoir, veulent plaire au professeur ou sont indifférents. Ils naviguent entre la méfiance d’eux-même, la discipline ou le conformisme, et sont habitués aux notations scolaires. Ils connaissent un accroissement des exigences que les adultes attendent d’eux. Ils hésitent dans leurs goûts et leurs choix profonds et ont de nombreux intérêts nouveaux. Ils oublient un peu le monde intérieur de leur enfance que parfois ils méprisent dans leur désir d’être grands.

La reproduction fidèle des objets de leur environnement pourra les intéresser, les rassurer et leur apporter une habileté et un coup d’oeil. Toutefois, cela ne pourra que très partiellement révéler leur originalité personnelle.

D’après les écrits de F. Le Clerc

La ville

Encre / 52 x 67 cm / La ville / F. Le Clerc

 

Voir également les infos d’apprentissage du dessin sur l’onglet Cours.

Comment apprécier un dessin (article enfant n°2)

La défaite de Sennachérib / encre / 56x80 cm / F. LE CLERC

– Chez les petits, c’est simple, tout est admirable. Un simple trait rouge dit sa joie d’être rouge.

– Avec les grands de 11 ans et plus, l’appréciation devient plus difficile. Un dessin qui exprime une recherche ou un sentiment est plus formateur et riche artistiquement qu’une œuvre de paresse ou de simple imitation de soi-même ou des autres.

Parfois, l’habileté sans émotion et les redites prennent le pas sur toute autre considération. Les élèves peuvenr être malins pour plaire. Une idée ou quelque chose à exprimer ne suffit pas toujours pour éviter la critique des éternels sapins chapeaux ou de la maison carrée.

Cependant, il peut arriver que le découragement nécessite un coup de pouce pour reprendre confiance et trouver une bonne idée.

– Il est plus difficile qu’il n’y paraît de reconnaître dans une exposition d’enfant les dessins originaux et expressifs de ceux qui ont été aidés par les « trucs » de lui-même ou de l’adulte. Bien sûr, qu’importe pour celui qui voit le résultat, mais il est difficile de parler de beauté ou d’art dans un contexte de culture, style ou progression comme chez l’adulte. Le dessin d’enfant presque inimitable peut être chef d’œuvre un jour, être le fruit du hasard et de la liberté sans crainte de jugement, et parfois ne pas avoir de suite.

D’après les écrits de F. LE CLERC

Dessin et peinture (article enfant n° 1)

Introduction :

– Le dessin peut être le principal moyen d’expression de la personnalité, ou être simplement une spécialité. Il est une activité naturelle et spontanée, ou construite et guidée.

– Jusqu’à 9 ans parfois, il est possible d’accompagner et stimuler l’imaginaire. Après, les enfants manquent parfois d’idées, ou affirment ne pas savoir dessiner et demandent de l’aide. On raconte des histoires ou on feuillette des documents et les idées viennent.

La démarche est bonne quand la joie et l’émotion sont au rendez-vous.

D’après les écrits de F. Le Clerc

 

Encre / 37 x 45 cm / Prague, église St Nicolas / F. LE CLERC

Encre / 37 x 45 cm / Prague, église St Nicolas / F. Le Clerc

Les autres pages du blog sont dans les entrées anciennes, au bas de cette page.

Le flux RSS, en haut à droite, ne donne que la première page.


Le dessin préliminaire au crayon (article adulte n°3)

 

Siebe-Johannes Ten-Cate / Notre-Dame-de-Paris sous la neige / huile 60 x 73 cm

Siebe-Johannes Ten-Cate / Notre-Dame-de-Paris sous la neige / huile 60 x 73 cm

Des crayons de différente nature peuvent être utilisés : gras, secs, gris ou noirs, solides ou fragiles, faciles ou difficiles à tailler, fins ou épais, faciles ou non à gommer, qui peuvent ou doivent être fixés, qui salissent les doigts ou pas, ergonomiques, chers…ou donnés (charbon de bois).

Le dessin préliminaire est facultatif, mais souvent utile à la composition de l’image pour dessiner un sujet figuratif…et prudent.

Si le sujet n’est pas d’un graphisme trop difficile, inutile de s’y attarder à l’excès, la peinture le mangera bientôt.
Quand vous prendrez de l’assurance, vous pourrez peut-être par la suite dessiner au pinceau directement si vous le souhaitez, peut-être en commençant par un jus dilué.

Le dessin sera discret dans sa réalisation finale s’il ne doit pas apparaître sous une peinture peu opaque.
Il pourra être très présent s’il fait partie de la réalisation finale.
Chacun ses facilités, sa façon de faire et ses goûts.

On peut établir mentalement ou par un point l’emplacement du ou des sujets sur le support. Cela permettra de décider de la composition.

Il est bon de choisir la couleur dominante.
Une réflexion sur l’harmonie (équilibre des couleurs) peut bien sûr s’ébaucher.

Les proportions du sujet peuvent être mesurées si la reproduction doit être fidèle. Des rectangles provisoires au crayon peuvent enfermer le sujet dans ses proportions.
Le modèle peut être simplifié par des formes géométriques simples et (ou) les lignes principales.

Le trait est souvent peu appuyé et répété pour rechercher la forme souhaitée, puis appuyé davantage sur la meilleure ligne.
Les objectifs sont d’avoir une vision d’ensemble et de ne pas perdre de temps à reprendre des détails si les proportions ne sont pas respectées.

Faites vos essais sur des sujets simples…et statiques (objet ou nature inanimée, appelée aussi nature morte) et habituez-vous à travailler sans trop de gomme pour corriger les lignes à partir des traits d’essai, par touches successives, de l’approximatif vers le précis, du trait doux au plus contrasté.

Les mots sont peut-être plus compliqués que les actions…