Articles avec le tag ‘Paris’

Musée du Louvre à Paris

 – N’oubliez pas les expositions et musées près de chez vous, c’est bien aussi (musées d’Aurillac par ex) : moins de file d’attente, des brochures d’information bien distribuées, des visites individuelles ou collectives accompagnées, visite des réserves, des ateliers enfants, des places de parking à des distances raisonnables, des tarifs modiques, des expos temporaires ou permanentes, un personnel pour répondre à vos questions artistiques, archéologiques, géologiques…
– Autour de 10 millions de visiteurs/an au Louvre.
Le Louvre - photos N. Le Clerc

Le Louvre – photos N. Le Clerc

 

Le Louvre

Pas que La Joconde !

 

Une copie d’image, tout simplement ? (article adulte n°4)

Pierre-Auguste Renoir / Jeunes filles au piano / huile 116 x 90 cm

Pierre-Auguste Renoir / Jeunes filles au piano / huile 116 x 90 cm

Vous pouvez construire une image d’après un objet, une nature inanimée (morte), un paysage, un modèle en trois dimensions, une ou plusieurs images assemblées, votre mémoire ou votre imagination.

–  Vous répondez à une commande pro de copie d’œuvre tombée dans le domaine public ou sur autorisation du créateur auteur ou des ayants droit ? La copie sera signée de façon non équivoque (D’après R…) ou le format sera différent de l’original pour ne pas être vous-même considéré comme contrefacteur.

Sinon, réservez vos copies au cercle familial.

–  Peut-on copier une image dans un but d’exposition, de satisfaction ou de  progression personnelle ?

Informez-vous si l’exposition à laquelle vous envisagez de participer accepte les reproductions autorisées par rapport à ses usages ou son public.

Vous pouvez bien sûr copier un tableau qui vous est personnel, en le modifiant pour respecter l’originalité de toute œuvre d’art qui n’est pas légalement à tirages multiples (gravure, fonte de sculpture).

–  Est-il utile et valorisant de copier une photo ? (attention au droit d’auteur)

Vous pouvez faire travailler votre imagination par la sélection des éléments retenus, le choix des couleurs et l’assemblage de plusieurs images. Vous pouvez aussi tout modifier sans vous laisser enfermer, le travail de copie rigoureuse se fait tellement mieux avec les machines jet d’encre ou laser sans pour autant apporter la texture, le relief et la conservation d’une bonne toile !

Il sera parfois nécessaire de nettoyer l’image d’éléments confus, inutiles, bouchés.

S’il peut être bien utile d’éviter les proportions et perspectives choquantes quand elles sont mal reproduites involontairement, il n’est pas toujours nécessaire de reproduire une image comme un photocopieur sans émotion. Si vous allez à l’encontre de l’étude documentaire, faites-le peut-être franchement et pour provoquer un effet volontaire.

D’autre part, certains effets typiquement photographiques pourront ou devront être corrigés : effets de filtres, reflets particuliers, déformations optiques marginales de certains grands angulaires (lignes droites prolongées proches des bords de l’image déformées en coussinet ou barillet), déformations bien plus banales et gênantes dues aux point de vue architecturaux apportés par les grands angulaires, ou parfois des puissants téléobjectifs qui écrasent les perspectives.

–  Est-il formateur de copier une toile ? (Attention au droit d’auteur)

Un tableau est déjà une interprétation, mais pourquoi pas.

Vous pourrez tout de même vous questionner sur les recettes utilisées, changer le format, la technique picturale, les couleurs, grandir un détail, faire un tableau d’une sculpture, faire une gravure d’un tableau…

Évitez peut-être de faire toujours des copies conformes pour développer progressivement votre créativité, votre imaginaire et votre  personnalité.

Il peut être intéressant de faire « à la manière de » en évitant de copier un style. On peut épurer, imaginer, mais on peut aussi simplement comprendre et adapter les éléments, techniques ou vibrations appréciées.

On peut s’approprier l’esprit d’une oeuvre pour un sujet très différent. Ainsi, une œuvre abstraite peut aider à transformer un tableau figuratif et vice versa.

Vous pouvez bien sûr faire selon vos sensations et ressentis personnels, mais tout propos d’analyse nécessaire à l’enseignement devient alors difficile.

N’oubliez pas que si la peinture est une récréation, c’est aussi une rEcréation.

–  Quelques recettes simples parmi beaucoup d’autres possibles pour disposer d’images très personnelles : dessinez un de vos proches endormis (vous l’informerez à son réveil et il n’aura pas à poser), vous-même (pied, main, portrait devant un miroir), carnet de voyage, quelques photos sélectionnées en vous demandant si l’image serait intéressante pour un public hors cercle familial affectif et partial…

Déconseillé : le croquis en gros plan du tigre affamé en liberté qui salive en vous observant.

On préfère souhaiter une bonne santé aux internautes !

Copie image

Un affreux vilain copieur qui abuse dans l’illégalité ? – Larve de dytique carnivore sur alevins siamois de truite – Photo N. Le Clerc

Le dessin préliminaire au crayon (article adulte n°3)

 

Siebe-Johannes Ten-Cate / Notre-Dame-de-Paris sous la neige / huile 60 x 73 cm

Siebe-Johannes Ten-Cate / Notre-Dame-de-Paris sous la neige / huile 60 x 73 cm

Des crayons de différente nature peuvent être utilisés : gras, secs, gris ou noirs, solides ou fragiles, faciles ou difficiles à tailler, fins ou épais, faciles ou non à gommer, qui peuvent ou doivent être fixés, qui salissent les doigts ou pas, ergonomiques, chers…ou donnés (charbon de bois).

Le dessin préliminaire est facultatif, mais souvent utile à la composition de l’image pour dessiner un sujet figuratif…et prudent.

Si le sujet n’est pas d’un graphisme trop difficile, inutile de s’y attarder à l’excès, la peinture le mangera bientôt.
Quand vous prendrez de l’assurance, vous pourrez peut-être par la suite dessiner au pinceau directement si vous le souhaitez, peut-être en commençant par un jus dilué.

Le dessin sera discret dans sa réalisation finale s’il ne doit pas apparaître sous une peinture peu opaque.
Il pourra être très présent s’il fait partie de la réalisation finale.
Chacun ses facilités, sa façon de faire et ses goûts.

On peut établir mentalement ou par un point l’emplacement du ou des sujets sur le support. Cela permettra de décider de la composition.

Il est bon de choisir la couleur dominante.
Une réflexion sur l’harmonie (équilibre des couleurs) peut bien sûr s’ébaucher.

Les proportions du sujet peuvent être mesurées si la reproduction doit être fidèle. Des rectangles provisoires au crayon peuvent enfermer le sujet dans ses proportions.
Le modèle peut être simplifié par des formes géométriques simples et (ou) les lignes principales.

Le trait est souvent peu appuyé et répété pour rechercher la forme souhaitée, puis appuyé davantage sur la meilleure ligne.
Les objectifs sont d’avoir une vision d’ensemble et de ne pas perdre de temps à reprendre des détails si les proportions ne sont pas respectées.

Faites vos essais sur des sujets simples…et statiques (objet ou nature inanimée, appelée aussi nature morte) et habituez-vous à travailler sans trop de gomme pour corriger les lignes à partir des traits d’essai, par touches successives, de l’approximatif vers le précis, du trait doux au plus contrasté.

Les mots sont peut-être plus compliqués que les actions…