Articles avec le tag ‘Exposition’

Comment apprécier un dessin (article enfant n°2)

La défaite de Sennachérib / encre / 56x80 cm / F. LE CLERC

– Chez les petits, c’est simple, tout est admirable. Un simple trait rouge dit sa joie d’être rouge.

– Avec les grands de 11 ans et plus, l’appréciation devient plus difficile. Un dessin qui exprime une recherche ou un sentiment est plus formateur et riche artistiquement qu’une œuvre de paresse ou de simple imitation de soi-même ou des autres.

Parfois, l’habileté sans émotion et les redites prennent le pas sur toute autre considération. Les élèves peuvenr être malins pour plaire. Une idée ou quelque chose à exprimer ne suffit pas toujours pour éviter la critique des éternels sapins chapeaux ou de la maison carrée.

Cependant, il peut arriver que le découragement nécessite un coup de pouce pour reprendre confiance et trouver une bonne idée.

– Il est plus difficile qu’il n’y paraît de reconnaître dans une exposition d’enfant les dessins originaux et expressifs de ceux qui ont été aidés par les « trucs » de lui-même ou de l’adulte. Bien sûr, qu’importe pour celui qui voit le résultat, mais il est difficile de parler de beauté ou d’art dans un contexte de culture, style ou progression comme chez l’adulte. Le dessin d’enfant presque inimitable peut être chef d’œuvre un jour, être le fruit du hasard et de la liberté sans crainte de jugement, et parfois ne pas avoir de suite.

D’après les écrits de F. LE CLERC

Une copie d’image, tout simplement ? (article adulte n°4)

Pierre-Auguste Renoir / Jeunes filles au piano / huile 116 x 90 cm

Pierre-Auguste Renoir / Jeunes filles au piano / huile 116 x 90 cm

Vous pouvez construire une image d’après un objet, une nature inanimée (morte), un paysage, un modèle en trois dimensions, une ou plusieurs images assemblées, votre mémoire ou votre imagination.

–  Vous répondez à une commande pro de copie d’œuvre tombée dans le domaine public ou sur autorisation du créateur auteur ou des ayants droit ? La copie sera signée de façon non équivoque (D’après R…) ou le format sera différent de l’original pour ne pas être vous-même considéré comme contrefacteur.

Sinon, réservez vos copies au cercle familial.

–  Peut-on copier une image dans un but d’exposition, de satisfaction ou de  progression personnelle ?

Informez-vous si l’exposition à laquelle vous envisagez de participer accepte les reproductions autorisées par rapport à ses usages ou son public.

Vous pouvez bien sûr copier un tableau qui vous est personnel, en le modifiant pour respecter l’originalité de toute œuvre d’art qui n’est pas légalement à tirages multiples (gravure, fonte de sculpture).

–  Est-il utile et valorisant de copier une photo ? (attention au droit d’auteur)

Vous pouvez faire travailler votre imagination par la sélection des éléments retenus, le choix des couleurs et l’assemblage de plusieurs images. Vous pouvez aussi tout modifier sans vous laisser enfermer, le travail de copie rigoureuse se fait tellement mieux avec les machines jet d’encre ou laser sans pour autant apporter la texture, le relief et la conservation d’une bonne toile !

Il sera parfois nécessaire de nettoyer l’image d’éléments confus, inutiles, bouchés.

S’il peut être bien utile d’éviter les proportions et perspectives choquantes quand elles sont mal reproduites involontairement, il n’est pas toujours nécessaire de reproduire une image comme un photocopieur sans émotion. Si vous allez à l’encontre de l’étude documentaire, faites-le peut-être franchement et pour provoquer un effet volontaire.

D’autre part, certains effets typiquement photographiques pourront ou devront être corrigés : effets de filtres, reflets particuliers, déformations optiques marginales de certains grands angulaires (lignes droites prolongées proches des bords de l’image déformées en coussinet ou barillet), déformations bien plus banales et gênantes dues aux point de vue architecturaux apportés par les grands angulaires, ou parfois des puissants téléobjectifs qui écrasent les perspectives.

–  Est-il formateur de copier une toile ? (Attention au droit d’auteur)

Un tableau est déjà une interprétation, mais pourquoi pas.

Vous pourrez tout de même vous questionner sur les recettes utilisées, changer le format, la technique picturale, les couleurs, grandir un détail, faire un tableau d’une sculpture, faire une gravure d’un tableau…

Évitez peut-être de faire toujours des copies conformes pour développer progressivement votre créativité, votre imaginaire et votre  personnalité.

Il peut être intéressant de faire « à la manière de » en évitant de copier un style. On peut épurer, imaginer, mais on peut aussi simplement comprendre et adapter les éléments, techniques ou vibrations appréciées.

On peut s’approprier l’esprit d’une oeuvre pour un sujet très différent. Ainsi, une œuvre abstraite peut aider à transformer un tableau figuratif et vice versa.

Vous pouvez bien sûr faire selon vos sensations et ressentis personnels, mais tout propos d’analyse nécessaire à l’enseignement devient alors difficile.

N’oubliez pas que si la peinture est une récréation, c’est aussi une rEcréation.

–  Quelques recettes simples parmi beaucoup d’autres possibles pour disposer d’images très personnelles : dessinez un de vos proches endormis (vous l’informerez à son réveil et il n’aura pas à poser), vous-même (pied, main, portrait devant un miroir), carnet de voyage, quelques photos sélectionnées en vous demandant si l’image serait intéressante pour un public hors cercle familial affectif et partial…

Déconseillé : le croquis en gros plan du tigre affamé en liberté qui salive en vous observant.

On préfère souhaiter une bonne santé aux internautes !

Copie image

Un affreux vilain copieur qui abuse dans l’illégalité ? – Larve de dytique carnivore sur alevins siamois de truite – Photo N. Le Clerc