Articles avec le tag ‘crayon’

Le dessin préliminaire au crayon (article adulte n°3)

 

Siebe-Johannes Ten-Cate / Notre-Dame-de-Paris sous la neige / huile 60 x 73 cm

Siebe-Johannes Ten-Cate / Notre-Dame-de-Paris sous la neige / huile 60 x 73 cm

Des crayons de différente nature peuvent être utilisés : gras, secs, gris ou noirs, solides ou fragiles, faciles ou difficiles à tailler, fins ou épais, faciles ou non à gommer, qui peuvent ou doivent être fixés, qui salissent les doigts ou pas, ergonomiques, chers…ou donnés (charbon de bois).

Le dessin préliminaire est facultatif, mais souvent utile à la composition de l’image pour dessiner un sujet figuratif…et prudent.

Si le sujet n’est pas d’un graphisme trop difficile, inutile de s’y attarder à l’excès, la peinture le mangera bientôt.
Quand vous prendrez de l’assurance, vous pourrez peut-être par la suite dessiner au pinceau directement si vous le souhaitez, peut-être en commençant par un jus dilué.

Le dessin sera discret dans sa réalisation finale s’il ne doit pas apparaître sous une peinture peu opaque.
Il pourra être très présent s’il fait partie de la réalisation finale.
Chacun ses facilités, sa façon de faire et ses goûts.

On peut établir mentalement ou par un point l’emplacement du ou des sujets sur le support. Cela permettra de décider de la composition.

Il est bon de choisir la couleur dominante.
Une réflexion sur l’harmonie (équilibre des couleurs) peut bien sûr s’ébaucher.

Les proportions du sujet peuvent être mesurées si la reproduction doit être fidèle. Des rectangles provisoires au crayon peuvent enfermer le sujet dans ses proportions.
Le modèle peut être simplifié par des formes géométriques simples et (ou) les lignes principales.

Le trait est souvent peu appuyé et répété pour rechercher la forme souhaitée, puis appuyé davantage sur la meilleure ligne.
Les objectifs sont d’avoir une vision d’ensemble et de ne pas perdre de temps à reprendre des détails si les proportions ne sont pas respectées.

Faites vos essais sur des sujets simples…et statiques (objet ou nature inanimée, appelée aussi nature morte) et habituez-vous à travailler sans trop de gomme pour corriger les lignes à partir des traits d’essai, par touches successives, de l’approximatif vers le précis, du trait doux au plus contrasté.

Les mots sont peut-être plus compliqués que les actions…

La recette peinture minute : l’image (article adulte n°2)

Claude Monet / Le train dans la neige, la locomotive / Huile 59 x 78 cm

Claude Monet / Le train dans la neige, la locomotive / Huile 59 x 78 cm

Une image dans un minimum de deux dimensions, cela peut être tout ou partie des idées, des formes, des contrastes, un équilibre.

L’idée, c’est le choix du sujet : paysage, objet inanimé, personne, animal, scène de vie, bâtiment, concept personnel…
C’est aussi une atmosphère, qui peut être un objectif ou se révéler pendant la réalisation.

La forme, c’est le dessin, sommaire ou élaboré : crayon ou dérivés, pinceau, couteau ou autres outils.

Le contraste, c’est la différence de luminance.
Du blanc et du noir sans gris, c’est le contraste maximum et le rendu est très dur.
Un bonhomme de neige sur champ de neige sous éclairage tamisé de brouillard, c’est le minimum de contraste et on ne voit rien.

L’équilibre, c’est la composition, l’esthétique, l’harmonie.
Quelques règles fonctionnent bien et permettent parfois un relatif consensus, mais on entre aussi dans le domaine du goût personnel.
Heureusement que la sensibilité perd tant à se faire enfermer en bouteille.

Si vous êtes débutant et réservez vos créations à un usage familial, vous pouvez simplement vous laisser porter par l’instinct et le plaisir.

Renseignements pour les cours de peinture à Aurillac de Nicolas Le Clerc, cliquez ici

Composition de l’image, Auvergne, Cantal… (article adulte n°1)

Paul Gauguin / Paysage de Bretagne. Le moulin David / Huile 74 x 92 cm

Paul Gauguin / Paysage de Bretagne. Le moulin David / Huile 74 x 92 cm

Dans la composition de l’image, le sujet peut être adapté au format ou l’inverse. Le format peut aussi être choisi selon le lieu d’accrochage. Il vaut mieux bien traiter et isoler un sujet simple donc choisir, que d’empiler. On peut prendre un cadre en carton, cadrer avec les mains…ou s’en passer. Vous avez fait de la photo ?

360° d’informations visuelles sans choix ni idée définie ne rentreront pas plus dans un rectangle que dans une bouteille. Faut-t-il mettre en valeur le premier ou l’arrière-plan, le jeu des lignes, les profondeurs, couleurs, reflets, ombres, lumières… ? Quelques éléments et couleurs seront donc souvent dominants : symétrie parfaite parfois pour en imposer, ou décentrement du sujet principal pour mettre en valeur le regard du modèle, le ciel, la mer…

Attention au droit à l’image si vous exposez. Vous pouvez faire un croquis (masses principales et lignes directrices, quelques couleurs crayon ou aquarelle éventuellement) ou une photo.

En conclusion : choix du support par sa nature, forme, format en occupant l’espace un peu comme sur une scène de théâtre, puis choix du sujet à mettre en valeur.

Et comme souvent, on peut analyser ou faire à l’instinct. Un instinct quelque peu cultivé et éduqué, mais qui aurait conservé un peu de friche sauvage.