Archive pour la catégorie ‘ecrit’

Faire sa biographie : Cantal, Aurillac… ou ailleurs

Ecriture : faites votre biographie. Chaque vie est unique, passionnante.

Racontez votre histoire, vos témoignages, souvenirs, voyages, émotions et écrivons ensemble le livre de votre vie, votre biographie.

Quel que soit votre âge, de 30 ans à beaucoup plus, un merveilleux cadeau, un témoin pour les générations futures, pour vos proches ou vous-même, un pont entre les générations.

Chacun a sa motivation intime pour livrer une partie de son existence, le doux ou le dur. Parfois, cela permet aussi d’apaiser des maux.

Quand on souhaite faire le point sur sa vie, pour soi ou pour transmettre un témoignage, on se demande par où commencer… 

On a parfois les mots pour le dire, pas toujours pour l’écrire.

Je vous apporterai la dynamique nécessaire pour aller au bout de cette démarche et m’engage à vous livrer un ouvrage fidèle à votre parole et à vos souvenirs, juste entre vous et moi.

Votre sensibilité s’alliera à mon style pour que l’écriture de votre histoire soit votre reflet.

*

Posez-vous la question rationnelle de la diffusion, de l’objectif de votre biographie. Cela modifie complètement le fond et la forme du texte :

– Travail sur vous-même (1 ou 2 recueils imprimés ?).

– Ecriture pour témoigner à votre famille (une vingtaine d’exemplaires ?).

– Ecriture pour une diffusion plus large, en autoédition avec des questionnement économiques et médiatiques.

– Démarche « professionnelle » avec des questionnement économiques et médiatiques lourds : réseaux, rentabilité, éditeurs.

Plume dorée qui ne dort pas

L’aventure d’une écriture…

Voir également sur ce site la page Cours d’écriture par l’onglet Cours, puis « Faire sa biographie » en bas de page.

Cours Aurillac : dessin, photo, écriture, peinture

PHOTO, PEINTURE, ECRITURE, SCULPTURE. Rien à voir ? la preuve en image !

Les notes de musique sont-elles les piquants de la rose ?

Cette musique est-elle « à l’eau de rose » ?

piano à queue

Ceci n’est pas un piano.
Poids informatique de l’image : plus léger qu’un piano à queue de poche.

 La suite du blog (l’essentiel) est dans les Entrées anciennes au bas de la page générale Blog.

 

Ecriture et livre : numéro ISBN et glossaire

Qu’est-ce qu’un numéro ISBN ?
C’est l’acronyme anglophone pour International Standard Book Number. Ce code permet d’identifier un livre, une édition ou un article lié à un ouvrage tels que les livres audio.
Utilisé depuis 1970, chaque livre publié dispose de son numéro ISBN.
En 2007, le numéro ISBN est passé de 10 à 13 chiffres.
Tout livre ayant été imprimé avant 1970 n’a donc pas de numéro ISBN.

Pourquoi rechercher un livre par ISBN ?
Les numéros ISBN sont utiles quand on recherche une édition d’un ouvrage.
Il permet également de différencier une version brochée d’une édition reliée.
Il varie également en fonction du pays où le livre a été publié.

Dans la pratique ? Donnez simplement le titre (et l’éditeur si possible) à votre libraire. C’est suffisant pour une recherche ou une commande à votre libraire.

Votre librairie ou un distributeur international ? Le lien social plutôt que l’exil fiscal… si possible bien sûr !

Gutenberg

Le livre pour tous

Glossaire d’abréviations :

br. : broché
cart. : cartonnage
cat. : catalogue
couv. : couverture
défr. : défraîchie
éd. : édition, éditeur
éd. or. ou E.O. : édition originale
ép. : époque
ex. : exemplaire
fasc. : fascicule
f. ou ff. : feuille(s)
fº ou in-fol. : in-folio
front. : frontispice
ill. : illustration
lith. : lithographie
num. : numéroté
p. ou pp. : page(s)
pag. : paginé
rel. : reliure, relié
rel. d’ép. : reliure d’époque
rel. post. : reliure postérieure
tr. : tranche
trad. : traduit, traduction
vol. : volume

La suite du blog est dans les Entrées anciennes en bas de page

Ecriture : la fable

– Définition :

Une fable, appelé aussi apologue, est une courte fiction, un conte en vers ou en prose qui donne de façon plaisante une leçon de vie, de prudence. Elle se caractérise par la mise en scène d’animaux le plus souvent, d’êtres humains ou d’autres entités.
C’est en faisant agir les animaux que la fable se distingue des genres similaires, l’allégorie et le conte.

Une morale est souvent exprimée ou implicite.

 *

Les fables se retrouvent dans bien des cultures. Elles ont été souvent transformées par le narrateur, le philosophe, le poète ou le conteur au fil des siècles.

– Un exemple : Le corbeau et le renard

Le corbeau et le renard apparaît chez Ésope (poète Grec du VIe siècle av. J.C.) à qui on attribue la fable comme genre littéraire. Il a été repris par Phèdre (premier siècle ap. J.C.).

C’est l’une des quelques 414 fables en vers de La Fontaine… et pas la moins célèbre.

*

– Texte d’Ésope en Grec ancien :

Esope : Renard et Corbeau

Esope : Renard et Corbeau

– Traduction de Daniel Loayza (Ésope, fables – Flammarion) :

Traduction avec libertés, mais destinée à en faciliter la lecture en Grec, donc un peu lourde par l’exactitude.

Un corbeau avait enlevé un morceau de viande, puis s’était perché sur un arbre.

Un renard l’aperçut.

Voulant s’emparer de sa viande, il vint se tenir devant lui et entreprit de louer sa belle taille et sa prestance ; en outre, nul autre oiseau ne méritait plus que lui la royauté, qu’il aurait sans doute obtenue, pour peu qu’il eût de la voix !

Le corbeau, pour lui prouver qu’il en avait bien, laissa tomber la viande et croassa de toutes ses forces. Alors le renard se précipita et, saisissant la viande : « O corbeau », déclara-t-il, « si tu avais aussi de la cervelle, il ne te manquerait rien pour régner sur tous les animaux ! »

Cette fable s’applique aux imbéciles.

– Fable de La Fontaine réécrite… et en vers :

Maître Corbeau, sur un arbre perché,

Tenoit en son bec un fromage.

Maître Renard, par l’odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage :

 » Hé ! bonjour, monsieur du Corbeau.

Que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau !

Sans mentir, si votre ramage

Se rapporte à votre plumage,

Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois. »

A ces mots, le Corbeau ne se sent pas de joie ;

Et pour montrer sa belle voix,

Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.

Le Renard s’en saisit, et dit : « Mon bon monsieur,

Apprenez que tout flatteur

Vit aux dépens de celui qui l’écoute :

Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. »

Le Corbeau, honteux et confus,

Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendroit plus.

– Détournement : (d’autres versions existent, notamment argotiques…)

Le corbeau sur un arbre perché

Ne foutait rien de la journée.

Le lapin voyant le corbeau
L’interpella et lui dit aussitôt:
Moi aussi, comme toi, puis je m’asseoir…
Et ne rien foutre du matin jusqu’au soir ?
Le corbeau lui répondit de sa branche :
Bien sûr, ami à la queue blanche,
Dans l’herbe verte tu peux te coucher
Et ainsi de la vie profiter.
Blanc lapin s’assit alors par terre,
Et sous l’arbre resta à ne rien faire,
Tant et si bien qu’un renard affamé,
Voyant ainsi le lapin somnoler,
S’approcha du rongeur en silence,
Et d’une bouchée en fit sa pitance

Moralité :
Pour rester assis à ne rien branler
Il vaut mieux être très haut placé…

(Si vous êtes « haut placé », un peu d’humour, merci !)

Albums d’histoires surprenantes

Le 11 ème album est en cours d’écriture : Histoires surprenantes n°4

17 histoires à ce jour, soit 1/2 album. Chaque histoire est un gros travail de recherche d’idées.

*

Les titres de ce n°4 d’Histoires surprenantes, à demi terminé :

La ronde des cubes, Oui ou non, Le défi, La sieste, Le photoagrafeur, Les beaux enfants, Le remède de ch’val, En avance sur son temps, Pas de fumée sans feu, Aimés, Le monteur nostalgique, Vite, L’école des points virgules, L’Histoire selon St Délire, Y’a pas d’raison, Une maladie pas drôle, Le père Noël…

Il sera terminé… dans 6 mois ? Mais les autres sont disponibles !

 *

– Vous pouvez consulter la page Écrits par l’onglet Galerie.

2 textes de la série « Histoires surprenantes » sont disponibles en onglets parents d’Écrits.  

– Vous pouvez aussi consulter l’article du Blog du 17 novembre 2012

 

La simple force des mots qui font l’image dans la tête.

bougie

Histoires surprenantes

Formats de papier : peinture, écriture, photo…

Formats papier

Formats papier

 Formats normés français : ces formats sont normalisés par l’AFNOR. Leurs noms sont hérités des filigranes qu’ils portaient quand ces papiers étaient fabriqués à la main, ce qui reste le cas pour certains papiers d’art.
Dénominations et format (en cm)
Cloche                                      30 × 40
Pot ou écolier                          31 × 40
Tellière                                    34 × 44 (ancienne administration française)
Couronne écriture                 36 × 46
Couronne édition                  37 × 47
Roberto                                    39 × 50 (dessin anatomique)
Écu                                         40 × 52
Coquille                                   44 × 56
Carré                                       45 × 56
Cavalier                                   46 × 62
Demi-raisin                           32,5 × 50
Raisin                                     50 × 65 (dessin)
Double raisin                        65 × 100
Jésus                                      56 × 76 (atlas des sentiers et chemins vicinaux)
Soleil                                     60 × 80
Le colombier affiche            60 × 80
Colombier commercial       63 × 90
Petit Aigle                               70 × 94
Grand Aigle                      75 × 106 (plans cadastraux primitifs, cadastre napoléonien…)
Grand Monde                        80 × 120
Univers                                100 × 130

Facebook Nicolas Le Clerc, peintre d’art, Aurillac

Texte mis en ligne sur Facebook

*

Friandise de Noël : recette du marron glacé

Un gros marron venu de Corrèze, rond, lisse, nu et sans épines, roulait boulait par les chemins.
De Tulle à Brive, il était dans la poche du confiseur sans nul épice exotique, naturel et doux, donc peu hindou.
Son rêve ? Connaître le blanc de neige et de sucre glacé.

Les secrets de la recette ?
– Un épluchage soigné, pas trop brisé et un sirop de confiserie.
– Un beau papier comme à Noël et une boîte bien isolée pour s’abriter de l’ours blanc, du froid qui pèle… et des gourmands goulus qui exagèrent.

Après la pause du sirop, le marron part hors de la ville. Il va se mettre au vert, puis au blanc dans le grand nord glacé. Il nous revient entre le pouce et l’index, dans un silence gustatif.
Pour se servir, il n’y a nul besoin de cuillère en argent ni de louche gonflée comme un décolleté au regard qui louche.

Les yeux fermés, oubliez tout en vous léchant les doigts.

© N. Le Clerc

Ces lignes sont tirées d’un texte du dernier album : Histoires surprenantes  n°3

Voir l’onglet Écrits du site (par Galerie)

 

Ecriture, lecture : histoires, contes à Aurillac

– Contes et histoires : Histoires surprenantes 1, 2 et 3 (lecture publique ou privée)

Pour la lecture, par l’écriture.

– Histoires présentées comme des textes de chansons dans les albums pour adultes + l’album pour enfants + les albums pour « tous âges ».

*

Des textes à lire seul(le) dans l’intimité. A relire aussi en public dans un moment de tranquillité, au coin d’un feu de bois si possible… mais sans vous brûler les pieds !

Vous êtes chanteur professionnel ? Contactez-moi pour des textes adaptés.

Pas de prosélytisme.

Si comme moi vous n’avez pas de cheminée, allumez une bougie ou de l’encens.

Si vous avez une cheminée, invitez-moi pour des lectures publiques d’histoires surprenantes…

Les pieds nus (mais propres) sur la table pour la décontraction, ou une cravate à l’heure du pyjama ? A voir !

*

Info : l’ancienne bibliothèque d’Alexandrie… et la nouvelle, inaugurée en 2002
Sur sa façade, les alphabets actuels ou anciens de la terre.
Elle comprend aussi un centre de conférences, un planétarium, une école internationale pour les sciences de l’information, une bibliothèque des jeunes, une bibliothèque pour les non-voyants, un musée des sciences, un musée de la calligraphie, ainsi qu’un laboratoire de restauration pour les manuscrits rares.

*

Cadres d’écriture dans les dénominations poétiques : néo-classique, libérée, classique, libre… ou entre deux eaux et inclassables (mon côté végétal un peu rebelle qui passe à côté du fil barbelé, ou le simple hasard de la nature plus souvent courbe que droite ?)

Des histoires découpées aux ciseaux de danseur clown acrobate sur son fil : de l’humour pour pas trop se prendre ô sérieux, du délire pour l’imaginaire, du léger par la plume, du lourd pour les sujets de société… et pour la chute finale de l’histoire + une pincée d’instinct pour ne pas tout contrôler. Un peu de populaire et d’intello pour rester inclassable entre deux chaises. Chacun y trouvera ce qu’il veut, y retrouvera peut-être « ses petits ».

Des histoires sans histoire et des contes sans compter.

Et si le clown chute de son fil, une marmite de fromage fondu qui file saura le recevoir pour lui redonner courage et vigueur : truffade, aligot, fondue savoyarde…

*  *  *

Actualité de février 2013 : 2 nouveaux albums

histoires enfants

54 contes. Histoires pour enfants

Voir l’onglet Écrits

écrits

Contes pour adultes.
Histoires surprenantes

Lecture, écriture : contes, histoires… et débats

Surprenantes histoires

La télé, pourquoi pas… mais tous les soirs ?
Mire de réglage à partir de 1953. Une seule chaîne.
Pas de télécommande : le zapping est rapide !

Gag de coin du feu ! Encore que…

Suggestion municipale :

Si vous voulez, faites comme moi et proposez à vos élus d’installer un brouilleur d’ondes télé un soir par an.

Objectif : amorcer la pompe de la soirée occasionnelle d’expression et communication de groupe. Musique, lecture, débat, artisanat…

Écoute, apprentissage. Préparation minimum de la soirée… ou pas.

Vous êtes seul ? Un peu de communication écrite ou verbale pour une fête des voisins avant, après le repas, ou pendant en faisant auberge espagnole ?

Vous n’aimez pas l’obligation d’une soirée imposée ? C’est bien compréhensible mais ne vous en faites pas, le matériel de brouillage d’ondes télé ne tardera pas à se faire « destructionner les intestins électriques » au chalumeau.

Pourquoi ? Simplement pour cause d’addiction au programme du jour de télévision hertziennesatellitaire.

*

ps : quel rapport avec ce site ? Remettre à la mode la lecture d’histoires ou de contes (voir la page Écrits du site) : les vôtres ou ceux d’autres auteurs.

Lecture publique d’histoires surprenantes.

De la littérature, de l’Histoire dans des écritures anciennes inconnues (!), des histoires… ou des livres de cuisine, plomberie, jardinage, broderie… ? C’est bien aussi !

*

Des citations perso sur la lecture et l’écriture qui ne se prennent pas au sérieux.

Elles valent ce qu’on veut.

– Un livre est bon si, dans l’admiration, ou aurait aimé le faire, par la plume sans trop de rouille, par l’encre noire en balançoire.

– Un objectif possible de celui qui écrit : Des mots pas joués au dé ni démodés, sans déni mais en démo. De l’énergie de vie et pas du gris.

– A l’époque du zapping et de la lecture en diagonale, un auteur peut bien faire plaisir en résumant son livre en un chapitre, puis en une page, puis en une ligne, puis en un mot, puis en une lettre… mais laquelle ?

– La lecture tient du moustique banal qui empêche de dormir dans un discret bourdonnement, ou du moustique tsé tsé qui fait dormir le soir dans son lit.

Elle tient peu du marteau piqueur bruyant qui fait orchestre avec le cyclomoteur sans échappement.

Le silence existe-t-il encore ? Est-il encore accepté ?

– Tout n’est que gag car il n’y a pas que l’écrit dans la vie. il y a aussi le silence… loin des cris.

Textes N.L.

Facebook Nicolas Le Clerc, peintre d’art, Aurillac

Textes mis en ligne sur Facebook

*

L’eau gèle à zéro et le corps aime les 37 degrés : bon courage

Le froid  vif dure longtemps cette année et les conséquences aussi !

Les bulletins météo s’allongent, quoi de plus normal…mais les chiffres deviennent parfois impressionnants avec des températures « ressenties » qui font des records.

Les montagnards savent bien que le vent augmente la sensation de froid, mais notre mémoire des bulletins météo par le bouche à oreilles entretient de joyeuses confusions entre les degrés ressentis et les degrés Celcius.

On avait déjà l’échelle centigrade presque identique aux degrés Celcius…et l’échelle Fahrenheit des américains.

On a maintenant le ressenti hivernal, réel bien sûr et probablement estimé sur des moyennes, mais tout de même un peu de l’ordre des sentiments, selon les vêtements que l’on porte etc…

On est parfois un peu dans la sensation…ou le sensationnel ?

Nous sommes élégants et ne parleront donc pas des anciens thermomètres médicaux qui donnaient des températures vaselinement ressenties.

L’été prochain, nous aurons peut-être des températures ressenties diminuées par le vent, augmentées par le chant des cigales ou le risque d’incendie de forêt…mais je m’égare.

                                                                                                                                        13 fév 2012 / N.L.

Valentin et Valentine

P’tit article…2 jours après la St Valentin !

Ben quoi, une fête le même jour que tout le monde : c’est bien !? Sauf que les magasins d’alimentaire ou les fleuristes sont pris d’assaut, mais bon !

Une fête à contre-temps, voire hors prétexte, c’est bien aussi puisque c’est une fête !

Pas d’amoureux (euse) ? Offrez-vous des fleurs (pas trop gelées après la dernière période de froid) et reprenez votre plus beau sourire si communicatif !

Un p’tit texte qui ne voulait pas faire de pub gratis à la peinture murale de la marque…Valentine. Tant pis, c’est fait !

(Voir le texte « Valentine en nature » à partir de l’onglet Ecrit du site, sans clic)

16 fév 2012 / N.L.

Vingt-neuf jours

2012 est une année bissextile de 366 jours avec un mois de février de 29 jours…et nuits. En effet, L’année tropique qui donne les saisons fait 365,242198 jours.

Cela fait donc un peu moins de jours que les mois habituels de l’année pour dire ou écouter des bêtises, mais un jour de plus que les autres mois de février.

Les bêtises ne sont pas vraiment des bêtises puisque ce sont des vérités partielles et que la vérité absolue n’existe que dans l’imaginaire. Ah bon !

Alors, j’essaie de les assembler comme les éléments d’un puzzle. Mais ça ne marche pas toujours.

On me dit :

« Te casses pas la tête et ne réfléchis pas trop. D’autres sont très intelligents et le feront à ta place. Fais ce qu’ils te disent et apprends simplement les gestes du garde-à-vous ». Ah, bon !

Et puis, les bêtises dépendent moins du nombre de jours que du fonctionnement de la machine « pout pout pouèt pouèt » à pétrole cérébral qui les produit.

Moi, je me plais à collectionner les bêtises comme des papillons, mais sans les épingler sur une planche. Les papillons multiples aiment vivre en liberté tant qu’ils ne sont pas si gros qu’ils cachent le soleil.

J’ai bien le temps de faire cela ? Peut-être vaut-il mieux courir vers les urgences concrètes de la vie qui nourrissent nettement mieux l’estomac.

Mes propres bêtises suffiraient bien ? Certainement, mais on n’invente pas grand-chose dans la vie. D’autres ont déjà inventés l’eau tiède, et j’en passe…

En attendant, je vais me réconforter avec une bêtise sucrée, de Cambrai évidemment, juste pour me remettre les idées en place, et pour garder « la pêche ».

Vite, une brosse à dents pour éviter les caries…mais son effet pour se protéger des bêtises n’est que provisoire.

Au fait, choisissez délicatement vos bêtises ou « non bêtises », mais parfumées à votre goût.

                                                                                                                                           25 fév 2012 / N.L.

*

Le temps du premier avril :

 

Il y a le temps pour la construction des pyramides et des cathédrales.

 

Il y a le temps de météo pluvieux joyeux. Il est parfois plus jeune et tristounet.

 

Il y a le temps de croire une rumeur, ou de voir une image en une seconde.

On veut alors gagner du temps ou mettre en cage le passant  toisé du regard. On croit alors que l’habit fait le moine. Puis, un premier poisson d’avril qui ne se découvre pas d’un fil joue dans le dos du vêtement. Il est tenu en adhésif par un collant poisson volant.

 

Il y a le temps de lire un livre, de long en large par ses chemins de travers, en soulevant sa couverture, celle du livre puis de son lit chaud.

Il y a le temps d’écrire un livre qui sera fait de petits pas ajoutés. Il y a le temps plus long encore pour le vendre parmi le brouhaha qui chante en activité de fourmilière.

 

Et il y aura bientôt la vilaine mouche, le taon qui bourdonne et nous rappelle que c’est l’été.

Le taon aime le vin rouge sur les bovins, mais n’est pas trop végétarien ni gourmand de poisson d’avril.

Le taon ne réfléchit pas tant. Il passe et pique. Il vit sa vie.

 

Le temps qui passe est peu farceur.

Il ne scotche jamais de poisson papier dans le dos, mais une liste de commissions. Certaines sont banales, d’autres épicées.

Il nous écrit les choses que nous devrons faire avec les mains du lendemain, ou déjà faites avec les doigts dans l’autrefois.

 30 mars 2012 / N.L.

Vous pouvez aussi consulter au sujet du premier avril 2011 le texte sur la pâte à tarte anti crise.

Voir en faisant défiler les entrées anciennes en bas de cette page de blog.

Le monde est parfois gris : allumons de belles couleurs. Il est parfois trop triste pour se prendre au sérieux.

*

Pâques :

En dehors de l’aspect religieux, du jour férié et des zones…de vacances scolaires, voici Pâques autrement :

– Pâques a donné son nom à la pâquerette dont le début de la floraison peut se faire en ce moment…si l’altitude, la latitude, la météo et le terrain sont d’accord.

Si vous aimez accommoder la salade et les fleurs :

http://www.aujardin.info/fiches/cuisine/paquerette-recettes.php

 

Si vous aimez les plantes médicinales, ces fleurs peuvent être utilisées dans les cas de blépharite, bronchite, hydropisie et lithiase rénale.

 

 

– Si vous aimez les idées formulées par des mots :

 

En avril c’est le temps

Du brillant, pas du mat.

Viens nous voir et bon vent,

Pâques est une bonne date…

*

Les cloches nous chocolatent,

Sonnent en fête, sont des bardes,

Pas des lyres, des bombardes

Qui chauffent et fondent la pâte…

 

Extrait du texte  La ville à Pâques  dans l’album 5  Histoires en ressort / N.L.

 

 

Elle pousse, la pâqu’rette si petite

Puis devient fière marguerite

Chargée d’engrais, pollen à miel

Avant d’finir building gratte-ciel…

 

Extrait du texte  La récré du crédit  dans l’album 3  Pour le plaisir des mots / N.L.

5 avril 2012