Archive pour la catégorie ‘ecrit’

Histoires surprenantes n°5

Nouvel album d’HISTOIRES SURPRENANTES courtes : 1 page par histoire

Zapping ou pas ? Prendre le temps de faire, de lire, de vivre pour rendre les choses intéressantes… parfois !

*

54 histoires… surprenantes

– Première partie : 30 histoires en prose

– Deuxième partie : 24 histoires en vers sous le sous-titre interne à l’album de « La porte ouverte »

Histoires surprenantes 5

Voici la dernière histoire de la 1ère partie de 30 histoires :

Le pet-à-roues rose

Après la pluie douce et tiède, le soleil d’automne nous fait croire que l’été est encore là.
Les yeux clos aident à deviner les parfums des sous-bois en fermentation.
Ah… fermer les yeux avec l’espoir simpliste que le réchauffement climatique soit un bienfait !

Les bons champignons en mystères cachés sont comme les humains. Il peut être utile de les connaître.
Mais la prudence recommande de connaître les faux amis champignons qui ressemblent aux bons.

Dans son jardin, le mycologue de cette histoire vit des moments de détente, les pieds sur terre dans son quotidien et les yeux dans le ciel en douce évasion.
Quand il est au bois, il prends son pied. Il regarde alors à ses pieds les ronds de sorcières ou cercles de fées, ces colonies de champignons disposées en cercle.
Il aime les anges de parfums, cèpes ou giroles.
Il aime aussi par curiosité le démon des champignons inconnus, mystérieux vénéneux et peu véreux.
Le rond de sorcière dit au promeneur : « Fais donc par dérision un bras d’honneur aux vivants sur ta tombe, en gravant… A bientôt ! »

*

Puis, en bordure de la croisée des trois chemins forestiers, le cueilleur de champignons tombe nez à nez avec un cyclo motorisé couché sur le talus. Le deux roues est comme abandonné.
Dans le sud, plus encore quand l’échappement est perforé, ou absent comme c’est le cas ici, on appelle cela un pet-à-roues.

Son cadre d’acier a été repeint en rose. Est-ce pour faire fille, ou pour être visible dans le sous-bois ?

Le promeneur profite des frémissements naturels du vent et des gazouillis dans les branches.
Il « champignonne » tranquillement dans le bois et à petits pas.
Quand son panier est plein, il revient et repasse à la croisée des chemins. Mais le pet-à-roues rose n’est plus là. Il a disparu sans faire de bruit. C’est impossible !
Le promeneur n’en croit pas ses yeux ni ses oreilles.
S’il était naturiste, il dirait qu’il est dur de la feuille… de vigne.

*

Il se dit que l’air doit être chargé des vapeurs des gènes sans gène de champignons hallucinogènes qui tournent la tête dans le sens inverse des aiguilles… d’une machine à coudre qui rythme le temps et dit qu’il faut rentrer.
Il se dit qu’il vaut mieux éviter de chercher à tout comprendre.
Il se dit avec le gros doigt levé : « Pouce, j’arrête et rentre chez moi en stop ».

*

Plus tard, il apprendra que le cyclomotoriste était un farceur de bonne intention. Il voulait rompre avec son époque et faire l’inverse du plaisir d’un deux roues pétaradant qui agace le quartier.

Il avait caché un moteur électrique dans un pet-à-roues gai, coloré et un peu vintage.
Aucun doute, c’est un copain malin coquin taquin.

© N. Le Clerc

Premier avril

Attention quand même aux poissons collés dans le dos. Il y a des blagueurs bien (ou mal) intentionnés juste derrière vous !

 

Le plaisir du cocasse ? Plus de 300 histoires surprenantes originales à consulter.

La simple force des mots.

Albums en vente : LIEN VERS LA PAGE ECRITURE

Liens vers deux textes à lire ou écouter : Le charmeur ; Primate et poilu

Cours photo, dessin, peinture à Aurillac 1

Chèque cadeau : albums, cartes postales, cours dessin peinture photo, œuvres à l’atelier d’Aurillac.

Lien pour la page photo

Vous préférez pas cher pour les fêtes ? œuvres sur papier et chèques cadeau !

Fêtes de fin d’année !

noel-2016

Printemps

Courage dans la vie à toutes et tous… sans tousser, mutuellement !

Muguet, Jonquilles et narcisses, prunus…

————————————————————————————-

Un texte d’avril 2016, parmi mille autres (voir Galeries, puis écrits)

© Le printemps a le moral

Fleurs et verdure ont soif de soleil, vous aussi ?

Notre sang est-il en jus de chlorophylle ?
*
Les décolletés féminins sont des plongeoirs à lumière et les oiseaux « pioupioutent », gazouillent d’envie de brindilles à nids, de moucherons délices et de vers de terre lents et succulents.

Même quand on aime la neige d’hiver, le soleil chaleur est attendu au printemps.
Pourtant, une petite pluie tiède glougloute en musique dansante de fête à la cuisse de grenouille. Je vois les sons clapotis, écoute l’arc-en-ciel puis m’égoutte les cheveux.
Ca fait un peu râler et je suis… remonté comme une pendule qui marche sous la pluie, en oubliant l’heure par ces jours qui rallongent.
Demain sera ensoleillé. En exagérant un peu, je me sens donc remonté… comme un pendu.
Quand on rumine des idées noires, des pensées noires bien loin des fleurs fleuries appelées pensées, on peut se dire que penser à vivre vaut mieux que vivre pour trop mal penser.
*
La grange est vide de foin sec. Le lait de la vache nourrie à l’herbe grasse fera du bon fromage.
Le fromage semble bon, pacifique… sauf pour le végétarien qui pense au « bœuf » qui sera par la suite désossé, tronçonné, pulvérisé, satellisé.
Le lait peut faire du bon fromage blanc. Pourtant, des puristes fanatiques ont subi et accepté de se faire extraire et laver le cerveau pour le remplacer par du fromage blanc. Est-ce préférable ?
Un nouveau journal est né et en a bien parlé, il s’appelle le Canard Lacté.

*
Quand on a bon moral, les couleurs changent. Un épandage de lisier se transforme alors en champ fleuri provençal bleu lavande.
Viens avec moi croquer la vie pour que la non-vie n’aie plus rien.

N. Le Clerc

—————–

 

Au printemps, on a envie de voir la tête du beau temps, donc il fait beau, donc on peut s’habiller léger… en papillons

*

L’article du printemps 2015 ? par ce lien : http://wp.me/pwUAY-3eM

*

Essentiel du blog dans les « Entrées anciennes » en bas de page

 

Librairie Encre Violette, Aurillac

A L’ Encre Violette, une librairie d’Aurillac

aurillac_encre_violette_librairie

Aurillac, Encre Violette librairie

Propose, conseille, égaie, commande vos livres de plume et d’encre.

Livres en stock ou en commande ? Mettre le pied… à l’encrier !

Spécialités : romans et livres d’actu, enfance, régional… et le reste.

Au printemps, pour ce qu'on lis, là !

Le lilas du printemps : pour ce qu’on y lit, là !

Ville d’Aurillac, Cantal, Auvergne Rhône-Alpes, France

Citations livre (1)

Librairies… Aurillac et ailleurs

 

Un livre de cuisine n’est pas un livre de dépenses, mais un livre de recettes.

Lire un livre prêté lie.

La vie est un livre merveilleux.

Un grand livre est un livre où l’on peut mettre beaucoup de choses.

Un livre est une fenêtre par laquelle on s’évade.

Je crains l’homme d’un seul livre.

Ce que la voix peut cacher, le regard le livre.

 

Un livre prêté ne se rend jamais : plus facile de retenir le livre que ce qu’il y a dedans.

Un livre qu’on quitte sans en avoir extrait quelque chose est un livre qu’on n’a pas lu.

Il ne faut pas se livre. On ne se livre qu’à l’ennemi.

Un livre est comme un jardin que l’on porte dans sa poche.

Seules sont perdues d’avance les batailles qu’on ne livre pas.

Le seul prix qui intéresse vraiment un écrivain, c’est le prix du livre.

 

Un beau livre, c’est celui qui sème à foison les points d’interrogation.

Il faut que les endroits faibles d’un livre soient mieux écrits que les autres.

Aimer une personne pour son apparence, c’est comme aimer un livre pour sa reliure.

Un livre est un détonateur qui sert à faire réagir les gens.

Un livre neuf et original peut faire aimer de vieilles vérités.

 

Le livre est un ami fidèle, discret, qui jamais ne dérange ni n’importune.

Le TGV, trop rapide, est un mauvais coup porté au livre.

Le théâtre est la poésie qui sort du livre pour descendre dans la rue.

Ecrire un livre avec un chien demande plus de travail qu’avec un nègre.

Quand on tient un livre à l’envers, c’est mieux de commencer par la fin.

 

Un bon livre est celui qu’on retrouve toujours plein après l’avoir vidé.

Un livre est comme un homme politique : il n’est rien sans l’électeur.

Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page.

A force d’aimer un livre on finit par se dire qu’il vous aime.
Ceux qui brûlent des livres finissent tôt ou tard par brûler des hommes.
Il y a des livres qui paraissent écrits, non pour l’instruction du ¬lecteur, mais pour lui apprendre que l’auteur savait quelque chose.
On ne lit jamais un livre. On se lit à travers les livres, pour se découvrir ou se contrôler.
Un livre n’est jamais traduit, il est transporté dans une autre langue.

Citations lecture (2)

Librairies… Aurillac et ailleurs

 

Avec tout ce que je sais, on pourrait faire un livre.
Avec tout ce que je ne sais pas, on pourrait faire une bibliothèque.
Sacha Guitry

Le roman est ennemi de la vitesse.
Milan Kundera

Trois choses font un savant homme, la lecture, la conversation et la rêverie. l’une enrichit la mémoire, l’autre polit son esprit et la dernière forme son jugement.
Chevalier de Méré

Peu importe ce que les jeunes lisent : c’est le muscle de la lecture qu’il faut faire travailler.
Pierre Charras

Toutes les grandes lectures sont une date dans l’existence.
Alphonse de Lamartine

Le bon goût s’acquiert au prix de maintes lectures ennuyeuses.
Pierre Baillargeon

Peu de lectures, mais simples, fortes, qui laissent traces.
Jules Michelet

Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe.
Jules Renard

Comme une grande musique qu’on peut réécouter, les grands romans eux aussi sont faits pour des lectures répétées.
Milan Kundera

 

Plus que toute autre création humaine, le livre est le fléau des dictatures.
Alberto Manguel

On a beau le saisir par les yeux, un texte reste lettre morte si on ne l’entend pas.
Lire, c’est d’abord restituer au texte sa dimension musicale.
Hubert Nyssen

Le mauvais critique commence par parler du poète et non du poème.
Ezra Pound

Un homme ne comprend pas un livre profond avant d’avoir vu et vécu au moins une partie de ce qu’il contient.
Ezra Pound

Il n’y a aucune raison pour que le même individu aime le même livre à 18 et 48 ans.
Ezra Pound

L’homme qui écrit un livre, c’est Robinson dans son île : il faut qu’il fasse tout lui-même.
Léon-Paul Fargue

La lecture est une amitié.
M. Proust

La lecture commence les yeux fermés.
Yvon Rivard

Lis avec lenteur à une époque où l’on nous parle de lecture rapide et de lecture en diagonale.
Jean Prieur

Les confiseurs de l’esprit livrent des fruits confits de lecture.
Karl Kraus

La lecture est une amitié.
M. Proust

La lecture commence les yeux fermés.
Yvon Rivard

Lis avec lenteur à une époque où l’on nous parle de lecture rapide et de lecture en diagonale.
Jean Prieur

Les confiseurs de l’esprit livrent des fruits confits de lecture.
Karl Kraus

Il faut que l’esprit séjourne dans une lecture pour bien connaître un auteur.
Joseph Joubert

Dans l’écriture, la main parle. Dans la lecture, les yeux entendent les paroles.
Eugène Géruzez

La lecture d’un roman jette sur la vie une lumière.
Louis Aragon

La vertu paradoxale de la lecture est de nous abstraire du monde pour lui trouver un sens.
Daniel Pennac

Dans la lecture solitaire, l’homme qui se cherche lui-même a quelque chance de se rencontrer.
Georges Duhamel

Je n’ai jamais eu de chagrin qu’une heure de lecture n’ait dissipé.
Montesquieu 

Le choix d’un bon livre n’est pas moins difficile que la lecture en est agréable.

Chevalier de Méré

La lecture est un exercice profitable, sous condition qu’elle ne se substitue pas à la réflexion.
Georges Elgozy

J’ai pris un cours de lecture rapide et j’ai pu lire “Guerre et Paix” en vingt minutes. Çà parle de la Russie !
Woody Allen

Un soir consacré à la lecture des grands livres est pour l’esprit ce qu’un séjour en montagne est pour l’âme.
André Maurois

Une vie sans lecture est une vie qu’on ne quitte jamais, entassée, étouffée de tout ce qu’elle retient.
Christian Bobin

Un livre n’est rien qu’un petit tas de feuilles sèches, ou une grande forme en mouvement : la lecture.
J.P. Sartre

Il est de la lecture comme des auberges espagnoles : on n’y trouve que ce qu’on y apporte.
Maurois

La lecture est un acte d’identification : si nous comprenons ce que nous lisons, c’est que les sentiments exprimés sont déjà en nous.
Madeleine Chapsal

Que la science que nous acquérons par la lecture ne soit pour nous que le ciseau du sculpteur ; qu’elle nous aide à tailler le bloc de pensées et de sentiments qui fait le fond de nous-mêmes.
Octave Pirmez

L’ennui qui dévore les autres hommes au milieu même des délices est inconnu à ceux qui savent s’occuper par quelque lecture. Heureux ceux qui aiment à lire.
Fénelon

Au festin de la lecture, on ne mange pas tous les livres avec le même appétit, au même rythme : avec celui-ci on pignoche et celui-là on l’engloutit.
B. Pivot

Ne vous laissez pas distraire : livre numérique ou papier ? (Ph N. Le Clerc à Collioure)

Une culture qui ne favorise que l’un des deux éléments, la lecture ou la boisson, ne pourra un jour ou l’autre que s’assécher ou se noyer.
Michaël Krüger

En prison, ceux qui ne savent pas lire sont le plus énervés. La lecture est le seul moyen légal d’évasion.
Anonyme

Un des problèmes que l’on rencontre avec les techniques de lecture rapide c’est que le temps de se rendre compte qu’un livre est ennuyeux, on l’a déjà terminé.
Franklin P. Jones

Les citations sont à la lecture ce que les bandes annonces sont au cinéma.
Franck Dunand

La lecture est un art et tout le monde n’est pas artiste.
Madeleine Chapsal

Il faut que l’esprit séjourne dans une lecture pour bien connaître un auteur.
Joseph Joubert

Lecture, une bonne façon de s’enrichir sans voler personne.
A. Laguiller

La lecture d’un roman jette sur la vie une lumière.
Louis Aragon

La vertu paradoxale de la lecture est de nous abstraire du monde pour lui trouver un sens.
Daniel Pennac

Dans la lecture solitaire, l’homme qui se cherche lui-même a quelque chance de se rencontrer.
Georges Duhamel

Je n’ai jamais eu de chagrin qu’une heure de lecture n’ait dissipé.
Montesquieu

Le choix d’un bon livre n’est pas moins difficile que la lecture en est agréable.
Chevalier de Méré

La lecture est un exercice profitable, sous condition qu’elle ne se substitue pas à la réflexion.
Georges Elgozy

Une vie sans lecture est une vie que l’on ne quitte jamais, une vie entassée, étouffée de tout ce qu’elle retient.
Christian Bobin

Un livre n’est rien qu’un petit tas de feuilles sèches, ou alors, une grande forme en mouvement : la lecture.
J.P. Sartre

 

La lecture est un acte d’identification : si nous comprenons ce que nous lisons, c’est que les sentiments exprimés sont déjà en nous.
Madeleine Chapsal

L’ennui, qui dévore les autres hommes au milieu même des délices, est inconnu à ceux qui savent s’occuper par quelque lecture. Heureux ceux qui aiment à lire.
Fénelon

Par la lecture, on s’absente de soi-même et de sa propre vie.
Alphonse Karr

Un poème est un mystère dont le lecteur doit chercher la clef.
Stéphane Mallarmé

Une bibliothèque est une chambre d’amis.
Tahar Ben Jelloun

Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois.
P. Dumayet

Une vie sans lecture est une vie que l’on ne quitte jamais.
Christian Bobin

Ce qui distingue l’homme de la brute, c’est la lecture. Ce qui rend une brute insupportable, c’est quand elle a de la lecture.
Charles Dantzig

La première qualité des romans que j’emportais au collège était de ne pas être au programme. Personne ne m’interrogeait. Aucun regard ne lisait ces lignes par-dessus mon épaule : leurs auteurs et moi demeurions entre nous.
Daniel Pennac

Je me suis apprivoisée dans le livre.
Jeanne Benameur

Un livre renferme, une fois lu, trois histoires : l’histoire de l’auteur, celle du prescripteur (celui qui recommande), et celle du lecteur. Ces trois histoires peuvent se ressembler, jamais se confondre.
Thierry Lenain

arbre livre 3

Printemps des poètes

les mots sont à la fête en France pour le printemps des poètes, du 7 au 22 mars 2015, même à Aurillac.

C’est la 17e édition du Printemps des poètes.

—————-

« Je sais que la poésie est indispensable, mais je ne sais pas à quoi »

Jean Cocteau.

Vous aimez les citations ? Sur le Forum de ce site.

—————-

Poésie oui, dans l’écrit ou ailleurs, mais loin de tout conventionnel en référence absolue,

en fuyant ce qui pourrait être ennuyeux au lecteur, à l’auditeur, au public !

Rejeter le passé et l’Histoire… ou rejeter l’actuel ? Non, évidemment, mais à voir / N.L.

*

L’île déserte qui se cache tant, hors du temps. Est-ce tentant ?
Nourris de poissons, d’air tiède, d’eau fraîche pas trop salée par les larmes parlées, de sexe à pile rechargeable et généreux comme un don d’orgasme, d’étoiles qui filent et hantent la nuit, loin des pantoufles de conventions.
Amen ! Ah, « mène moi z’y » avant que je ne sois… moisi aussi des petits et grands délires sans humour du monde / N.L.

CHARLIE A AURILLAC AUSSI

Charlie, le faux méchant d’Aurillac aussi, oh si !

Article de N. LE CLERC écrit à AURILLAC, pour moitié le lendemain du 7 janvier, date évènement.

– Pourquoi cet article sur un site qui ne traite pas d’actualité ? Car il est inclus dans l’album n°4 d’histoires surprenantes (disponible) parmi 40 textes : onglet Écrits

– D’autres événements associés ont eu lieu, notamment le 9 à l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes.

*

Charlie faisait des écrits et dessins satyriques sur tous les sujets qui gênent ceux qui n’acceptent pas la contradiction. On appelle ça la liberté d’expression qui argumente ou interroge dans une langue plus universelle que l’espéranto : le dessin… dans une langue plus universelle que la langue des cygnes, ces grands oiseaux tout blancs.

Parfois et ponctuellement, il diffusait par solidarité un dessin d’un autre journal collègue.

Tout cela était parfois considéré comme de l’impertinence, un manque de respect.

Difficile de se hâter d’exister comme athée parmi tant de clameurs religieuses affirmées.

En vérité, Charliberté craignait plus que tout le silence et la peur. Il chantait : « Faites l’humour, pas la guerre ». Mais la musique a des chapelles et d’autres ont compris : « Faites la mort, pas l’amour » !

Parfois, il se lâchait par une injure bête qui libère par un nom d’oiseau féroce : « Espèce de colombe de la paix » ! Un nom d’oiseau.

Avec la gène d’une surveillance policière des acteurs du journal, le soleil de la vie brillait, mais comme sous une cabine de bronzage.

crayons - Copie

Gommer… ou être dégommé

Un bras armé se sentait investi d’une mission ciblée de vérité et justice. Il a écrasé la petite fleur, mais elles repoussent quand le terreau le permet, d’autres fleurs mais plein de fleurs.

Les racines du mal étaient profondes et les cultures mises bout à bout sont devenues parfois taboues.

La colère animale instinctive a été difficile à retenir à la vue de cette tache de sang. Le silence n’est pas une meilleure attitude. Comme toujours, les réponses à froid se trouvent quelque part entre les deux. Réponses à froid en janvier ? Le fond de l’air effraie !

*

Les gens pensaient en plusieurs catégories désordonnées qui méritent le débat plus que les balles :

– Ceux qui étaient en colère sous le choc, avaient peur, ne se sentaient pas concernés, se sentaient bien plus concernés que les autres, ou qui n’aimaient pas ce journal engagé politiquement « pas comme eux ».

– Ceux qui confondaient le coupable et la victime, ou mélangeaient avec d’autres conflits.

– Ceux qui pensaient qu’on ne peut rien faire, ceux qui se sentaient salis, ceux qui voulaient récupérer, ceux qui s’interrogeaient sur la définition des mots sensibles et ceux qui disaient : « on veut vivre ensemble et marre des violences instinctives ».

– Ceux qui prenaient un peu de temps de réflexion avant d’agir, ou qui réagissaient de suite.

– Ceux qui pensaient que la communication des ondes va plus vite que les progrès dans l’équilibre des cerveaux.

– Il y avait ceux qui pensaient que ce n’était qu’un mort (un seul journal), donc beaucoup moins que les frères disparus sur d’autres terrains, des héros en quelque sorte !

– Ceux, différents, qui savaient que mille censures guettent dans tous les domaines.

– Il y avait ceux qui par l’action entraient en résistance, ou s’abonnaient au journal, ou regrettaient l’insouciance passée.

– Il y avait ceux qui pensaient qu’un attentat (à la pudeur) porte le même mot qu’un attentat (sanglant), que la vie est un jeu et qu’il y a match nul.

– Il y avait ceux qui pensaient que le moyen était sale mais que la victime l’avait  cherché, qu’on ne peux rire que de ce qui ne gène pas, que la poésie porte une petite veilleuse enfantine qui ne doit pas sortir au grand jour.

– Il y avait déjà ceux qui analysaient un peu pour comprendre pourquoi cette cible ? Était-il symbole d’une liberté qui vit de questions plus que de dogmes et fait peur dans sa forme de paratonnerre ?

La grande théorie du complot est-elle l’escabeau beau de la colère par un sentiment d’injustice ?

– Il y avait ceux qui se demandaient ce qui massacre ?

La conviction totale avec une bonne dose d’obéissance ? Le besoin d’une famille affective ou de pensée… ou l’amour des fleurs ?

– Certains pensaient : « Ne faut-il pas impérativement re lire chaque re ligion ? Différentes lunettes ? »

– D’autres se demandaient : « Une religion n’est-elle qu’un livre ancien qui voulait des règles de vie, qui voulait être défendue et mettait en garde des populations localisées d’une époque ? »

– Certains pensaient : « Que faire des conflits d’interprétations d’une religion, des notions de pureté exclusive, de terre réservée à une religion, de vrais et faux croyants, de vérité obligatoire etc ? »

Simple foi pour certains bien que très important pour beaucoup, ou islam politique ? Qui décide comment doit vivre et paraître un « bon » musulman ? Un courant minoritaire actif peut-il finir par s’imposer ?

La religion, un prétexte ?

Croire à une religion pour une paix intérieure ou s’égarer pour « foutre le bordel » ?

– Il y avait ceux qui étaient surtout intéressés par les soldes hivernales.

crayons

Etre ou ne pas être (William Shakespeare)

Faut-il donc éviter d’attiser et faire des petits reculs de liberté ?

En attendant, c’était le choix entre reprendre les caricatures et mettre de l’huile sur le feu des croyances qui ne supportent pas la contradiction… ou l’autocensure et la peur.

Les plumes sont-elles plus lourdes que le plomb des balles ?

Le sept janvier, leurs crayons ont écrit « les cons m’ont tuer » !

Alors, beaucoup de gens ont répété qu’on était tous des Charlie. Beaucoup ont pensé : « le rire est le propre de l’Homme. Tous en première ligne pour qu’il n’y ait plus de première ligne. Le terrorisme n’a pas de religion ».

Pour les survivants du journal et d’autres courageux, fallait-il changer le titre du journal, ou changer le fond éditorial prudemment et reculer ?

Faut-il faire de nouveau la une avec des fesses en gros plan et être mitraillé par tous les « porteurs de fesses  » culottés ?

Dieu seul le sait… mais quel Dieu ? Le vrai bien sûr, mais celui des aborigènes d’Australie ou celui des indiens d’Amérique ? La vérité « vraie »… à la tête de l’état !?

La croyance est-elle l’inverse de la connaissance ?

Mourir de mort naturelle, un luxe ?

En cette époque de valeurs qui ne savent plus où elles campent et donc de recherche de magie et chiffres magiques, une petite « règle de trois  » ? Pour qu’il y ait écoute aux valeurs qui font mènent à cela, il faut :

1 Déception   2 Fragilité   3 Recherche de valeurs

Un actif violent est la rencontre entre :

1 Idéologie   2 Homme armé   3 Victime

Inversion des valeurs ? Faire rire, mourir de rire sans mourir du rire !

De gré ou de force, le premier degré des choses est-il froid comme un degré météo proche du zéro ? Quand le froid est glaçant, faut-il garder son sang-froid ?

Le monde va-t-il à la guerre ? idéologies, richesses, religions, écologie…

Faut-il de l’action ou de l’inauguration de chrysanthèmes à gogo ? Faut-il faire une visite en « Autruchie » et la tête dans le sable en disant : « foutons-leur la paix, les frontières des pays sont en béton. Chacun chez soi et tout ira bien » ?

Nous vivons sur la même planète, donc ensemble.

En langage culinaire délicat, un chef étoilé pourrait dire : « Les sourires de bienveillance apaisés sont à une année lumière d’un hachis parmentier mal préparé aux mauvais ingrédients ».

Dans notre monde nécessairement mondialisé, qu’on en soit conscient ou pas, qu’on soit enrhumés ou pas dans notre vie et nos idées, on est et sera « toussent » concernés. Il faudra réinventer beaucoup et sans dogmes : identité, valeurs, organisation de la sécurité… Beaucoup voudraient des vérités simples, reposantes, carrées, rassurantes, corporatistes. Est-ce possible ?

*

Les moyens de ce genre d’idéologie qui veut s’imposer ? provoquer une :

– Autocensure

Compassion envers les auteurs de ces gestes (syndrome de Stockholm)

Guerre civile pour récupérer les marrons du feu

*

Paix, gentillesse… et unité autour de l’essentiel, de l’essence du ciel et de la terre.

C’était un geste pour souhaiter la bonne année… et santé en 2015.
C’était peut-être une note d’humour noir, un humour que tout le monde n’a pas !

signature8

 

N.B. :

– Définition ironique possible d’un pays faussement libre sous forme d’avertissement ? Pays où l’on peut parler de tout, sauf des sujets importants !

– Parmi les réactions négatives que l’on peut comprendre, où est parti le deuxième degré tranquille, le recul d’une pensée indépendante personnelle, la dérision et l’incertitude dans les croyances ?

– Et si l’on n’a pas peur des métaphores relatives à l’époque des amphores, réécoutons pour ceux qui le veulent et peuvent se passer de passion fanatique, les derniers vers de la chanson « Mon vieux Joseph » de G. Moustaki, en prenant tant notre temps.

 *

Un nain humain est simplement un nain parfait.

S’il se questionne, c’est un nain décis. S’il est mort, c’est un nain fini. S’il vient d’un autre pays, c’est parfois un nain doux, ou un nain porté. S’il a d’autres pensées, c’est un nain pur… ou un nain tégriste. S’il dit trop, c’est un nain discret. S’il a un gourou, c’est un nain secte. S’il fait pipi partout et montre ses fesses, c’est un nain continent et un nain pudique.

Dérision avec un nain connu, mais pas avec nain porte qui ? Est-ce n’importe quoi ?

Histoires surprenantes n°4

Histoires surprenantes n°4

Sortie de l’album le 4 octobre 2014

*

Table des THÈMES du n°4 (différents des titres) :

Le rond et le carré
L’homme qui hésite
Transformer le monde
La sieste
Refaire le monde
La sélection biologique
Cicatriser ses blessures
Ne pas être dans la norme
La chlorophylle part à l’attaque
Le besoin d’être aimé
La nostalgie
Une époque pressée
Le harcèlement à l’école
L’origine de l’Homme
La justice doit tout résoudre
Une maladie rare et mal comprise
Le raciste
L’herbe est plus verte ailleurs
S’interroger ou pas
La rumeur
Tout faire… et partout
Difficultés de vie et communication
La machine à ragots
La fumée sans feu
Ce qu’il restera de nous
Un monde de douceur ?
L’humain préhistorique
La grosse révolte
Différentes façons de voir les choses
L’herbe est plus verte ailleurs ?
Un rêve d’évasion
L’hypocondriaque
L’artisan
La vie des bêtises
Charlie
S’engager ou pas
Un bonheur caché
Vivre entre deux chaises
Auschwitz
Née au mauvais endroit
Qui es-tu, toi qui tue ?
Aller au sud

Histoires surprenantes 4

Des textes plus roses ou bleus que ceux des albums précédents ? Non, toujours des histoires très différentes en 1 ou 2 pages… et surprenantes !

Voir Écrits par l’onglet Galeries.

Humour !!!

Laughing out loud lol :)