Archive pour juin 2012

Lecture, écriture : contes, histoires… et débats

Histoires surprenantes

Mettez ce que vous voulez dans les bras écrits : un humain (une sorte d’animal), un végétal (le papier) ou un minéral (la mine du crayon).

Surprenantes histoires

La télé, pourquoi pas… mais tous les soirs ?
Mire de réglage à partir de 1953. Une seule chaîne.
Pas de télécommande : le zapping est rapide !

Gag de coin du feu ! Encore que…

Suggestion municipale :

Si vous voulez, faites comme moi et proposez à vos élus d’installer un brouilleur d’ondes télé un soir par an.

Objectif : amorcer la pompe de la soirée occasionnelle d’expression et communication de groupe. Musique, lecture, débat, artisanat…

Écoute, apprentissage. Préparation minimum de la soirée… ou pas.

Vous êtes seul ? Un peu de communication écrite ou verbale pour une fête des voisins avant, après le repas, ou pendant en faisant auberge espagnole ?

Vous n’aimez pas l’obligation d’une soirée imposée ? C’est bien compréhensible mais ne vous en faites pas, le matériel de brouillage d’ondes télé ne tardera pas à se faire « destructionner les intestins électriques » au chalumeau.

Pourquoi ? Simplement pour cause d’addiction au programme du jour de télévision hertziennesatellitaire.

*

ps : quel rapport avec ce site ? Remettre à la mode la lecture d’histoires ou de contes (voir la page Écrits du site) : les vôtres ou ceux d’autres auteurs.

Lecture publique d’histoires surprenantes.

De la littérature, de l’Histoire dans des écritures anciennes inconnues (!), des histoires… ou des livres de cuisine, plomberie, jardinage, broderie… ? C’est bien aussi !

lecture coin du feu

Une lecture contemporaine active au coin du feu, pour hommes et bêtes ?

Des citations perso sur la lecture et l’écriture qui ne se prennent pas au sérieux.

Elles valent ce qu’on veut.

– Un livre est bon si, dans l’admiration, ou aurait aimé le faire, par la plume sans trop de rouille, par l’encre noire en balançoire.

– Un objectif possible de celui qui écrit : Des mots pas joués au dé ni démodés, sans déni mais en démo. De l’énergie de vie et pas du gris.

– A l’époque du zapping et de la lecture en diagonale, un auteur peut bien faire plaisir en résumant son livre en un chapitre, puis en une page, puis en une ligne, puis en un mot, puis en une lettre… mais laquelle ?

– La lecture tient du moustique banal qui empêche de dormir dans un discret bourdonnement, ou du moustique tsé tsé qui fait dormir le soir dans son lit.

Elle tient peu du marteau piqueur bruyant qui fait orchestre avec le cyclomoteur sans échappement.

Le silence existe-t-il encore ? Est-il encore accepté ?

– Tout n’est que gag car il n’y a pas que l’écrit dans la vie. il y a aussi le silence… loin des cris.

Textes N.L.