Archive pour mars 2012

Facebook Nicolas Le Clerc, peintre d’art, Aurillac

Textes mis en ligne sur Facebook

*

Le temps du premier avril

Transport de pierres

Transport de pierres au XVIe s – Vivement l’invention du scooter à pétrole !?

 

Il y a le temps pour la construction des pyramides et des cathédrales.

 

Il y a le temps de météo pluvieux joyeux. Il est parfois plus jeune et tristounet.

 

Il y a le temps de croire une rumeur, ou de voir une image en une seconde.

On veut alors gagner du temps ou mettre en cage le passant  toisé du regard. On croit alors que l’habit fait le moine. Puis, un premier poisson d’avril qui ne se découvre pas d’un fil joue dans le dos du vêtement. Il est tenu en adhésif par un collant poisson volant.

 

Il y a le temps de lire un livre, de long en large par ses chemins de travers, en soulevant sa couverture, celle du livre puis de son lit chaud.

Il y a le temps d’écrire un livre qui sera fait de petits pas ajoutés. Il y a le temps plus long encore pour le vendre parmi le brouhaha qui chante en activité de fourmilière.

 

Et il y aura bientôt la vilaine mouche, le taon qui bourdonne et nous rappelle que c’est l’été.

Le taon aime le vin rouge sur les bovins, mais n’est pas trop végétarien ni gourmand de poisson d’avril.

Le taon ne réfléchit pas tant. Il passe et pique. Il vit sa vie.

 

Le temps qui passe est peu farceur.

Il ne scotche jamais de poisson papier dans le dos, mais une liste de commissions. Certaines sont banales, d’autres épicées.

Il nous écrit les choses que nous devrons faire avec les mains du lendemain, ou déjà faites avec les doigts dans l’autrefois.

                                                                                                                                             30 mars 2012 / N.L.

Vous pouvez aussi consulter au sujet du premier avril 2011 le texte sur la pâte à tarte anti crise.

Voir en faisant défiler les entrées anciennes en bas de cette page de blog.

Fleurs

Le monde est parfois gris : allumons de belles couleurs.
Il est parfois trop triste pour se prendre au sérieux.

*

Pâques :

 

En dehors de l’aspect religieux, du jour férié et des zones…de vacances scolaires, voici Pâques autrement :

Pâques a donné son nom à la pâquerette dont le début de la floraison peut se faire en ce moment…si l’altitude, la latitude, la météo et le terrain sont d’accord.

Si vous aimez accommoder la salade et les fleurs :

http://www.aujardin.info/fiches/cuisine/paquerette-recettes.php

 

Si vous aimez les plantes médicinales, ces fleurs peuvent être utilisées dans les cas de blépharite, bronchite, hydropisie et lithiase rénale.

 

 

Si vous aimez les idées formulées par des mots :

 

En avril c’est le temps

Du brillant, pas du mat.

Viens nous voir et bon vent,

Pâques est une bonne date…

                   *

Les cloches nous chocolatent,

Sonnent en fête, sont des bardes,

Pas des lyres, des bombardes

Qui chauffent et fondent la pâte…

 

Extrait du texte  La ville à Pâques  dans l’album 5  Histoires en ressort / N.L.

 

 

Elle pousse, la pâqu’rette si petite

Puis devient fière marguerite

Chargée d’engrais, pollen à miel

Avant d’finir building gratte-ciel…

 

Extrait du texte  La récré du crédit  dans l’album 3  Pour le plaisir des mots / N.L.

5 avril 2012  

Facebook Nicolas Le Clerc, peintre d’art, Aurillac

Textes mis en ligne sur Facebook

*

L’eau gèle à zéro et le corps aime les 37 degrés : bon courage

temperatures ressenties

L’épilation hivernale est déconseillée

Le froid  vif dure longtemps cette année et les conséquences aussi !

Les bulletins météo s’allongent, quoi de plus normal…mais les chiffres deviennent parfois impressionnants avec des températures « ressenties » qui font des records.

Les montagnards savent bien que le vent augmente la sensation de froid, mais notre mémoire des bulletins météo par le bouche à oreilles entretient de joyeuses confusions entre les degrés ressentis et les degrés Celcius.

On avait déjà l’échelle centigrade presque identique aux degrés Celcius…et l’échelle Fahrenheit des américains.

On a maintenant le ressenti hivernal, réel bien sûr et probablement estimé sur des moyennes, mais tout de même un peu de l’ordre des sentiments, selon les vêtements que l’on porte etc…

On est parfois un peu dans la sensation…ou le sensationnel ?

Nous sommes élégants et ne parleront donc pas des anciens thermomètres médicaux qui donnaient des températures vaselinement ressenties.

L’été prochain, nous aurons peut-être des températures ressenties diminuées par le vent, augmentées par le chant des cigales ou le risque d’incendie de forêt…mais je m’égare.

                                                                                                                                        13 fév 2012 / N.L.

Valentin et Valentine

P’tit article…2 jours après la St Valentin !

Ben quoi, une fête le même jour que tout le monde : c’est bien !? Sauf que les magasins d’alimentaire ou les fleuristes sont pris d’assaut, mais bon !

Une fête à contre-temps, voire hors prétexte, c’est bien aussi puisque c’est une fête !

Pas d’amoureux (euse) ? Offrez-vous des fleurs (pas trop gelées après la dernière période de froid) et reprenez votre plus beau sourire si communicatif !

Un p’tit texte qui ne voulait pas faire de pub gratis à la peinture murale de la marque…Valentine. Tant pis, c’est fait !

(Voir le texte « Valentine en nature » à partir de l’onglet Ecrit du site, sans clic)

16 fév 2012 / N.L.

Vingt-neuf jours

2012 est une année bissextile de 366 jours avec un mois de février de 29 jours…et nuits. En effet, L’année tropique qui donne les saisons fait 365,242198 jours.

Cela fait donc un peu moins de jours que les mois habituels de l’année pour dire ou écouter des bêtises, mais un jour de plus que les autres mois de février.

Les bêtises ne sont pas vraiment des bêtises puisque ce sont des vérités partielles et que la vérité absolue n’existe que dans l’imaginaire. Ah bon !

Alors, j’essaie de les assembler comme les éléments d’un puzzle. Mais ça ne marche pas toujours.

On me dit :

« Te casses pas la tête et ne réfléchis pas trop. D’autres sont très intelligents et le feront à ta place. Fais ce qu’ils te disent et apprends simplement les gestes du garde-à-vous ». Ah, bon !

Et puis, les bêtises dépendent moins du nombre de jours que du fonctionnement de la machine « pout pout pouèt pouèt » à pétrole cérébral qui les produit.

Moi, je me plais à collectionner les bêtises comme des papillons, mais sans les épingler sur une planche. Les papillons multiples aiment vivre en liberté tant qu’ils ne sont pas si gros qu’ils cachent le soleil.

J’ai bien le temps de faire cela ? Peut-être vaut-il mieux courir vers les urgences concrètes de la vie qui nourrissent nettement mieux l’estomac.

Mes propres bêtises suffiraient bien ? Certainement, mais on n’invente pas grand-chose dans la vie. D’autres ont déjà inventés l’eau tiède, et j’en passe…

En attendant, je vais me réconforter avec une bêtise sucrée, de Cambrai évidemment, juste pour me remettre les idées en place, et pour garder « la pêche ».

Vite, une brosse à dents pour éviter les caries…mais son effet pour se protéger des bêtises n’est que provisoire.

Au fait, choisissez délicatement vos bêtises ou « non bêtises », mais parfumées à votre goût.

                                                                                                                                           25 fév 2012 / N.L.

Semaine de la langue française

17 ème semaine de la langue française et de la francophonie,  en mars 2012.

En partenariat avec la DRAC et le ministère de la Culture, dix mots ont été sélectionnés pour différentes actions possibles liées par l’écriture ou la lecture.

Une réflexion et un concours  s’est fait sur le principe suivant : reliez en une phrase ces mots. 

La phrase suivante, primée, a été écrite sur ce principe. 

*

Chez mon amie historienne qui a un penchant naturel pour écouter, j’ai pu trouver le moment de lui confier un songe et me libérer d’une histoire au caractère particulier, une histoire de grandeur d’âme déchirée par les mêmes sensations que chacun a pu ressentir pendant le mal des transports : « juste après la révolution française qui portait tant d’espoirs, j’étais devenu bourreau professionnel d’une main qui travaille à la chaîne et père de famille modèle de l’autre, autrement dit un homme qui bénéficie du bon grain des humains du passé, mais tire la charrue boueuse des jours du temps ».

 Auteur : N.L.

labourage-nivernais - rosa-bonheur

Labourage Nivernais, le sombrage / huile 260 x 134 cm de 1849 / Rosa Bonheur